}

Ma présentation

Cécilia Caverzan : à propos de moi

Mon centre d’intérêt a toujours été l’humain. Dès mon plus jeune âge, j’ai essayé de comprendre ce qui se passait dans la tête et dans l’émotion des personnes que je côtoyais. Ce n’était pas difficile pour moi parce que je le ressentais sans pour autant m’identifier à elles. Je constatais que les gens étaient enfermés dans des carcans dont je ne comprenais pas encore le sens. La musique était un moyen pour moi de dépasser toutes les énergies étouffantes et négatives que je percevais. J’ai joué de l’accordéon puis du piano et je retrouvais à chaque fois ma joie pure : passer au-delà du chaos et retrouver l’harmonie, telle était ma quête. Plus tard, je gratterai la guitare, jouerai de la batterie pour conserver mon propre rythme et du violoncelle pour mieux vibrer mon Identité.
A l’âge de 12 ans, j’étais très étonnée d’être si jeune et je me fis la réflexion que je m’en sentais 18. Je trouvais que les relations humaines étaient trop superficielles, que les gens jouaient un rôle et que l’essentiel ne pouvait s’échanger. A 14 ans, je me promis de réussir à créer des relations humaines sincères et réelles. Mais j’allais à contre sens de la majorité, des énergies anti-vie qui veulent que l’humain soit une marionnette à travers les énergies de pouvoir et de soumission… J’ai appris, après de nombreuses désillusions qu’il fallait que je me défasse définitivement de ma naïveté. Je décidais de voir autant le côté sombre des gens que le bon côté de leur âme, afin de pouvoir sortir ma force et ne plus me laisser piéger. Je ne rentrais plus ainsi dans la polarité qui ternit, détruit la relation ou nous fait effondrer.
J’entrepris des recherches en psychomotricité, en énergétique, des études de psychologie. Après ma maîtrise, je décidais d’ouvrir mon cabinet quelques années plus tard. Je me suis aperçue lors de mes consultations que j’étais capable de nettoyer le karma des gens. Je trouvais la cause du problème dans mon savoir, j’enlevais les énergies qui l’avaient déclenché (dans l’enfance, leur généalogie et leurs vies antérieures) et l’effet disparaissait (problème intérieur, relationnel ou physique). J’avais vaincu la polarité en moi, la suprématie du masculin sur le féminin et inversement. Mon propre savoir s’ouvrait parce que mon émotion était libérée de tout jugement lié à cette polarité et que j’étais libre des énergies mentales, émotionnelles et comportementales de mes ancêtres, du collectif et de mes vies antérieures.
Je tâchais de ne jamais perdre de vue la beauté primordiale de la vibration qui a créé le monde. Je comprenais profondément que l’Homme s’était détourné de son réel. En écoutant les conférences de Bernard de Montréal, (le premier à avoir vécu la fusion avec son Double éthérique), je pris conscience de l’existence du Moi réel, ce Double éthérique qui est la partie cosmique de l’être humain. Je me rendis compte que la spiritualité qui m’avait soi-disant soutenue avait au contraire renforcé le désancrage à mon Identité réelle. Plus je « travaillais » avec mon Double éthérique, plus je devenais moi-même et me sentais plus incarnée en retrouvant mon lien avec la partie pure de la Terre.
En 2018, je publiais mes trois premiers livres " La destruction de l’astral-La naissance du Moi réel ", " La Source de la Vie " tome1, " Le Chant de la Vie " tome 2 après avoir fondé avec mon mari ma maison d’éditions : les Editions de l’Être intégral. En 2019, paraissait " Le Souffle de l’Homme nouveau ".
Le temps de la spiritualité étant terminé, il fallait informer les gens de la nouvelle réalité depuis la destruction de l’astral fin 2014. Mais ceux-ci ne sont pas prêts à lâcher facilement leurs croyances…De plus, ils ne le voient pas parce que les sens doivent être « désastralisés » c’est-à-dire nettoyés des mémoires mentales, émotionnelles et comportementales pour commencer à discerner l’illusion du réel.
Nous sommes devenus conférenciers pour partager ces découvertes et pour faire prendre conscience qu’il est temps de sortir du « moi familial », (ce qui ne veut pas dire renier sa famille, bien au contraire), afin de se libérer de l'influence karmique des vies antérieures et de ne plus reproduire les mémoires mentales, émotionnelles, comportementales des ancêtres et de l'inconscient collectif. Tant que l’humain est sous cette autorité, il ne peut être lui-même et libre. Accéder à son Moi réel l’amènera vers un changement intérieur et sociétal…

 


Derniers articles

Cécilia Caverzan : à propos de moi

Mon centre d’intérêt a toujours été l’humain. Dès mon plus jeune âge, j’ai essayé de comprendre ce qui se passait dans la tête et dans l’émotion des personnes que je côtoyais. Ce n’était pas diffi...

Catégories

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.